exitness (sans sortie)

Pièce chorégraphique avec objet / Dystopie

Derrière la sympathie d’un smiley géant et clignotant, il y a dans EXITNESS un arrière goût astringent qui donne envie de se racler la gorge.

Comment se sortir de la fin du monde ?

La pièce s’empare des angoisses actuelles de fin du monde pour singer la pensée survivaliste libertarienne et le slogan du « sauve qui peut, nous les riches d’abord ».

Et si seuls quelques privilégiés s’en sortaient, et si c’était vous ? Don’t wait for the others, be the first – Don’t wait for the other, soit le premier ! répond la voix synthétique du computer.

Ici la parodie du langage publicitaire laisse entrevoir la cruauté d’un monde guidé par le profit.

Le spectateur est invité a assister au teasing de la société EXITNESS. L’objectif est clair : vous vendre des places sur une île artificielle off-shore en attisant les peurs liées à la crise climatique.

Mais la pauvreté des moyens d’EXITNESS vient gaché la fête et désamorcent toutes ambitions spectaculaire, pour laisser apparaitre avec humour fragilité et de dénuement de la condition humaine.

2017 Création à la Manufacture des tabacs de Strasbourg.

Conception : Louise Bentkowski.

Avec un tricératops, un flamant rose, un bouc, 20m de saucisse, un Boeing 737, un livreur Deliveroo et 7 zombies

Lumière : Mélanie Giraud.

Voix off : Loïc Urbaniak et Sidonie Osborne Stapples.

Avec le soutien de la Haute école des arts du Rhin, le Crous de Strasbourg, Le Maillon, Les TAPS.